Mission Fourgous pour les Tice

Interaction, management positif, autonomie, collaboration, création

Nécessité d’un nouveau modèle d’apprentissage pour les Digital Natives ?

vendredi 16 septembre 2011

Enseigner aujourd’hui, demande de se ré-interroger sur « qu’est-ce qu’apprendre ? » et « comment apprennent nos élèves aujourd’hui ? ».

La nouvelle génération, « les Digital natives » (natif du numérique), sont nés avec numérique. Ces outils sont omniprésents dans leur vie. Comment croire que les enfants d’aujourd’hui sont les mêmes que ceux d’hier ? Comment croire qu’ils apprennent selon les mêmes modèles ?

Selon Michel Serres [1], nos enfants « habitent le virtuel. […] Ils peuvent manipuler plusieurs informations à la fois. Ils ne connaissent, ni n’intègrent, ni ne synthétisent, comme leurs ascendants. […] Il ou elle écrit autrement.[…] Ils ne parlent plus la même langue. » Nos enfants privilégient les approches aléatoires, grâce notamment aux hyperliens. Ils fuient les raisonnements déductifs. Ils préfèrent l’image au texte, aiment les tâches multiples et simultanées. Ils sont impatients. Leurs représentations par rapport au temps, à l’espace, à l’information… et même à l’autorité diffèrent des « anciennes générations ». Le Digital native est un zappeur et un joueur permanent.

Le Digital native n’est pas un simple « consommateur » : le passage du Web 1.0 au web 2.0 a fait évoluer l’internaute vers le statut de « créateur », de « producteur » de contenus.

Mais sa caractéristique première est qu’il place la communication et l’échange au centre de toutes ses activités  : si les plus jeunes d’entre eux utilisent Internet essentiellement pour se divertir et jouer, les plus âgés y voit un moyen d’interagir avec les amis (Moyle, 2010 [2]). Ainsi, le nombre d’utilisateurs de sites de réseaux sociaux a doublé depuis 2007 : en 2011, 59% des 9-16 ans et 84% des 15-16 ans [3] ont un profil sur un site de réseau social . Les réseaux sociaux induisent une plus grande socialisation. Ils établissent de nouvelles relations et de nouvelles formes de travail, plus collectives, au détriment des activités individuelles. Ils y voient également le moyen de se créer une « identité numérique » et donc d’exister dans le monde virtuel.

Quelles conséquences sur ses modes d’apprentissages ?

  • Les jeunes générations veulent se former comme ils se divertissent : devant un écran ! Ils ont besoin d’activités variées dans lesquelles ils sont acteurs, actifs. Le visuel doit y détenir une place prépondérante. Le web 2.O a fait d’eux des créateurs : la réalisation de projets prend donc toute sa place dans les nouvelles pédagogies.
  • L’information étant à la disposition de tous et la communication au cœur de leur fonctionnement, les relations « enseignants-élèves » doivent évoluer.
  • L’’interactivité doit être au cœur de l’éducation et de l’enseignement.
  • Le besoin d’appartenir à un groupe est quasi vital. Ils ont besoin de communiquer avec leurs pairs pour être motivés et avoir envie de s’investir dans le travail : le travail coopératif (Glossaire) et collaboratif (Glossaire) doivent désormais faire partie des pratiques pédagogiques des enseignants. Aujourd’hui, 48% des lycéens et 34% des collégiens américains  [4] utilisent les réseaux sociaux pour collaborer avec leurs camarades de classe sur la réalisation de projets scolaires.
  • Assoiffé de « liberté », les apprentissages doivent développer dès le plus jeune âge l’autonomie et donc favoriser les activités où ils peuvent progresser seuls.
  • Ils ont besoin d’être valorisés, d’avoir des « feed back » et un management positif pour les encourager à progresser. Les modèles d’évaluation doivent donc être revus.

Les technologies numériques modifient les modèles d’apprentissages : quoi de mieux que les outils numériques pour maîtriser ces changements ?

Le challenge aujourd’hui ?

Former aux usages des TIC par les TICE !


Notes

[1] Michel Serres, de l’Acédémie française. Séance solennelle « Les nouveaux défis de l’éducation », Mardi 1er mars 2011

[2] Moyle, K. (2010), “Building Innovation : Learning with technologies”, Australian Education Review Series, No. 56, Australian Council for Educational Research (ACER) Press

[3] Enquête européenne « Risks and Safety on the Internet » ; Livingstone et associés 2011

[4] Enquête réalisée aux États-Unis : eSchool Media Inc. (2011), STAR : School Technology Action Report – Emerging Trends

 
Assemblée nationale   MEN