Mission Fourgous pour les Tice

Le statut des enseignants face à la réalité de la société

samedi 8 octobre 2011

En France, contrairement à d’autres pays, seules les heures de cours des enseignants sont définies par la loi , une loi datant de 1950. Ces obligations réglementaires de service sont 18 heures pour les professeurs certifiés et les professeurs de lycée professionnel et de 15 heures pour les professeurs agrégés.
Le temps de travail réel des enseignants n’est qu’estimé. Pour l’Éducation nationale, il est, dans le primaire, de 38 heures (mais peut aller jusqu’à 48 heures pour la Sgen-CFDT).
Dans le second degré, une enquête de la Direction de la programmation et du développement a permis d’appréhender ce temps de travail à près de 40 heures (et jusqu’à 44 heures pour 36% des enseignants, selon une enquête SE-Unsa [1]).

1950 : la règlementation du temps de travail des enseignants date donc d’une époque où l’École était réservée à une élite : seule 20% d’une classe d’âge était alors bachelier. Depuis, la massification du système, l’augmentation de l’échec scolaire, l’arrivée d’Internet... le métier doit faire face à de gros bouleversements. La culture numérique, dans laquelle grandit aujourd’hui la génération numérique, induit la continuité des apprentissages. Quelques établissements et/ou collectivités proposent ainsi de l’accompagnement en ligne aux élèves. Le ministère expérimente également ce dispositif à Paris avec le projet ADEL. Dans ce cadre précis, les enseignants volontaires sont payés en heures supplémentaires, mais le ministère reconnaît que ce n’est pas la solution.

En 2008, une enquête menée par la DEPP relevait que seul 47% du temps de travail des enseignants était effectué en classe devant les élèves. Selon les enquêtes antérieures, ce taux représentait 50% dans le second degré (et 60 % dans le premier degré).
En 2011, on estime à 35-40% la part du travail des enseignants effectuée en cours.
Cette proportion ne cesse donc de diminuer.

Par ailleurs, l’enseignant cumule les tâches :
La préparation de cours de plus en plus complexes avec la nécessité de différenciation qui s’impose de part la massification du système, la correction des copies, le travail collaboratif entre pairs, l’accompagnement personnalisé des élèves, le conseil en orientation, la relation avec les parents, l’auto-formation… Toutes ces activités sont aujourd’hui exclues de la définition réglementaire du service des enseignants du second degré (même si elles sont reconnues par la loi [2]).

Selon le rapport de l’OCDE 2011 (Regard sur l’éducation), au Danemark, en Hongrie, en Islande, au Japon, en Pologne et en Turquie, le nombre d’heures de cours que les enseignants doivent donner représente moins de 40% de leur temps de travail à tous les niveaux d’enseignement. Dans la plupart des pays, la part du temps de travail consacrée à d’autres activités que l’enseignement proprement dit est plus élevée dans l’enseignement secondaire que dans l’enseignement primaire.

Part de l'enseignement dans le temps de travail des enseignants {JPEG}

Le décret n°2009-460 inclut le temps numérique dans le statut des enseignants-chercheurs : faut-il revoir le statut des enseignants ?

De nombreuses propositions ont été faîtes pour faire évoluer ce statut. Mais jusqu’ici, elles ont toutes été mises de côté par les gouvernements successifs. Ainsi, en mai 2008, missionné par le gouvernement, le recteur d’Aix-Marseille a proposé d’intégrer le soutien éducatif aux élèves dans les obligations de services des enseignants. Mais cette proposition a disparu quelques mois plus tard. Le CESE (conseil économique, social et environnemental) observait également dans son rapport 2011 que le service des enseignants ne pouvait plus être seulement décompté en heures de cours devant élèves et que des mesures devaient être négociées afin de permettre une évolution sans alourdissement de la charge de travail.

Aujourd’hui, comme l’a souligné le rapport de la cour des comptes de 2010, la situation se caractérise par un écart croissant entre, d’une part, le service réglementaire des enseignants et, d’autre part, les missions, toujours plus complexes et nombreuses, confiées aux enseignants.


Portfolio

Nombre d'heures de classe pour les élèves dans les pays de (...)

Notes

[1] Cette enquête a été réalisée par le SE-Unsa du 14 avril au 20 septembre 2011. 4 898 réponses ont été recueillies par internet auprès d’un public d’enseignants et de personnels d’éducation. 80 % des répondants sont des femmes, 85 % ont moins de trente cinq ans. La moitié exerce en milieu rural, l’autre moitié en milieu urbain. 36 % ont exercé un autre métier avant d’être enseignant. Publié par Aef.info mardi 4 octobre

[2] L’article L912-1du code de l’éducation : la responsabilité de l’enseignant couvre « l’ensemble des activités scolaires des élèves », leur travail étant effectué « au sein d’équipes pédagogiques ».

 
Assemblée nationale   MEN