Mission Fourgous pour les Tice

Les enseignants et les TICE

lundi 3 octobre 2011

 I- Utilisation des TICE en France

Selon l’étude réalisée par Ipsos Média CT à la demande du Café pédagogique (IPSOS, mai 2011), les enseignants de collège et lycée utilisent beaucoup les outils numériques pour préparer leurs cours et collaborer avec les autres enseignants. Ils ont conscience de tous les atouts offerts par ces outils (voir article IPSOS) et n’ont aucun doute sur leur place à l’École, que ce soit pour améliorer les cours ou pour former les élèves aux compétences numériques.

Cependant, seuls 5% d’entre eux utilisent les outils numériques quotidiennement en classe et 45% ne les utilisent jamais avec les élèves.

Selon une étude de la DEPP, lorsque les enseignants utilisent seuls les technologiques numériques, ils le font pour :

  • transmettre des connaissances : 85%
  • chercher de l’information : 74%
  • analyser des documents : 64%
  • expérimenter : 56%

Lorsqu’ils utilisent les TIC en faisant manipuler les élèves, ils le font pour :

  • apprendre à devenir autonome : 84%
  • chercher de l’information : 68%
  • participer à un projet : 36%
  • s’autoévaluer : 37%.

 II- Utilisation des TICE et pratiques pédagogique au niveau international

Le Danemark
Le pays le plus avancé en Europe en matière d’intégration des TICE et de mise en œuvre de pratiques pédagogiques innovantes est le Danemark : les TICE sont présentes dans les Écoles depuis 1984. Leur usage est obligatoire dans toutes les matières (en tant que support et sujet d’études), leur utilisation est évaluée aux examens et Internet est autorisé au « bac » dans de nombreuses épreuves : les élèves sont ainsi évalués sur leurs capacité d’analyse et de synthèse et non sur la mémorisation de données par ailleurs très facilement accessibles sur le web.

Les Pays-Bas
Aux Pays-Bas, 90% des enseignants du Primaire et 64% du secondaire utilisent les ordinateurs en cours et les enseignants du secondaire sont en train de rattraper ceux du Primaire (Brummelhuis et al. 2010 [1]). Internet et l’ENT (Les différents outils) sont utilisés près de 8 heures par semaine.

La Finlande
En Finlande, 90% des enseignants utilisent les outils numériques et la pédagogie frontale, magistrale a quasiment disparu. Les pratiques individualisées sont favorisées.

La Norvège
En Norvège, les outils numériques sont utilisés quotidiennement, notamment pour l’apprentissage de la langue et des langues étrangères (ITU, 2009 [2]).

Le Royaume-Uni
Les nouveaux programmes à l’école primaire ont intégré l’apprentissage des outils numériques, tels que les réseaux sociaux ou Twitter et de nombreux programmes comme le Programme London Grid for Learning ont permis au Royaume-Uni d’intégrer le numérique dans les pratiques pédagogiques des enseignants et de mettre notamment en place un apprentissage mixte. Aujourd’hui, le Royaume-Uni fait partie des pays les plus égalitaires, comme le Danemark, la Suède, la Corée, la Norvège ou la Finlande.

 III- Premiers pas vers des pratiques pédagogiques innovantes

Les études (et le temps) ont montré que l’innovation technologique n’induisait pas forcément d’innovation pédagogique. Comme l’ont écrit si justement Baron et Bruillard [3], « La vieille idée reçue selon laquelle les enseignants sauraient s’approprier pour ainsi dire naturellement les nouvelles technologies afin de mettre en œuvre des usages pédagogiques intéressants avec les élèves ne cesse de se révéler fausse. »
Les outils numériques peuvent être utilisés avec une pédagogie frontale ou en mettant en œuvre des pratiques innovantes. Une étude, reprenant de nombreux rapports (Balanskat et al. 2006 [4]), montre que dans leur grande majorité, les enseignants n’ont pas encore adopté de nouvelles pratiques pédagogiques, souvent par manque de confiance en eux. Ils ont souvent appris à se servir des outils par auto-formation et n’ose pas mettre en pratique, avec les élèves, ces apprentissages informels (Dioni, 2008). Leur enseignement reste concentré sur la transmission de connaissances. Dans la plupart des pays de l’OCDE, l’utilisation du numérique sert essentiellement pour la recherche et le traitement de l’information et la présentation des données (SITES 2006). Le TNI (Les outils numériques) est ainsi très souvent employé avec une pédagogie frontale, l’enseignant restant face aux élèves.

L’utilisation des outils numériques pour différencier les enseignements demeure rare. La collaboration entre élèves et l’utilisation des réseaux sociaux comme support pour développer la résolution de problèmes restent à développer.

La mission parlementaire réussir l’école numérique a montré que l’appropriation du numérique par les enseignants demande 5 étapes (Modèle d’appropriation de culture TICE) :
À partir du stade 4, l’enseignant donne plus de place à l’interactivité dans son cours, à la mutualisation et à la collaboration avec ses collègues.
Ce n’est qu’au stade 5 que l’enseignant se sert des TICE afin de faire évoluer ses pratiques pédagogiques.

Modèle d'appropriation de culture TICE {JPEG}

Les études de terrain permettent de constater que les enseignants utilisant le plus les outils numériques sont les enseignants de sciences, de mathématiques et de technologie. Mais ceux qui pratiquent le plus une pédagogie innovante, incluant notamment des pratiques actives, participatives, un travail collaboratif entre élèves ou/et une démarche de projet (Glossaire) sont :

  • Les enseignants les plus expérimentés
  • Les enseignants ayant une vision plus large de la société et une meilleure compréhension des évolutions économiques en cours (Law, 2008 [5]).
  • Les enseignants ayant confiance en eux et confiance dans leur efficacité

Les TICE sont de plus en plus utilisés par les enseignants qui ont pris conscience de leurs atouts dans la réussite des élèves. Cependant, les pratiques pédagogiques ont encore du mal à évoluer. La pédagogie frontale reste prépondérante dans les pratiques des enseignants. Seuls certains d’entre eux ont fait évoluer leurs pédagogies.


Notes

[1] Brummelhuis et al., Four in balance Monitor 2010 : ICT at Dutch schools, Kennisnet, Zoetermeer, (2010), The Netherlands

[2] ITU, ITU Monitor 2009, Report, Oslo, Gazette 2009

[3] Baron Georges-Louis et Bruillard Eric. Technologies de communication et formation des enseignants. Documents et travaux de recherche en éducation. INRP. 2006. 249 pages.

[4] Balanskat, A., Blamire, R., Kefala, S. (2006), The ICT Impact Report. A review of studies of ICT impact on schools, European Schoolnet, Brussels

[5] Law, N., Pelgrum, W. J., & Plomp T. (Eds.), Pedagogy and ICT use in schools around the world : Findings from the SITES 2006 Study. Hong Kong : CERC, University of Hong Kong and Springer

Apporter votre contribution

 
Assemblée nationale   MEN